Mettre à jour votre pays/région de livraison et devise par défaut

Définissez le pays/régions dans lequel vous souhaitez faire livrer vos achats

Définissez le pays / la région dans lequel / laquelle vous souhaitez naviguer sur le site

Récupérez votre mot de passe

Vous allez recevoir un e-mail comportant
un lien pour rénitialiser votre mot de passe.

Saisissez une adresse éléectronique correcte (nom@mail.com, par exemple).
Saisissez une adresse électronique correcte (nom@gmail.com, par exemple).
Surveillez votre boîte de réception

Un e-mail vient de vous être envoyé !

Vous n'avez pas reçu l'e-mail ?

  • 1. Vérifiez dans vos courriers indésirables
  • 2. Vérifiez vos informations
  • 3. Êtes-vous sûre d'avoir créé un compte ? Créez votre compte
Printemps.com
se refait une beauté
About Hot Culture Style Socio Arts Printemps loves
magazine  /  hot culture

La poésie se réinvente à l'ère du digital

De l'avant-gardiste Kenneth Goldsmith à la star d'Instagram Rupi Kaur en passant par la Française Cécile Coulon, les poètes de l'ère internet remettent le genre littéraire favori de Charles Baudelaire au goût du jour et bousculent les codes traditionnels.

Non, la poésie n'est pas morte, bien au contraire. Une nouvelle génération d'artistes le prouve en réinventant le genre grâce aux outils digitaux et aux réseaux sociaux. La poétesse Rupi Kaur s'est fait connaître en 2014 sur Instagram, sa plateforme de diffusion principale, où 4 millions de personnes la suivent. L'Indo-Canadienne y publie des vers sur l'émancipation féminine, la beauté de la nature ou encore l'amour. Plus récemment, « l'Instapoet » @atticuspoetry a percé à son tour et rassemble désormais 1,5 million d'abonné·e·s, dont certain·e·s sont allé·e·s jusqu'à se faire tatouer ses poèmes sur le corps. Le succès du poète 2.0, qui choisit de rester anonyme, s'explique entre autres par ses sujets de prédilection : les relations, l'engagement, la solitude et la quête du bonheur... Autant de thèmes qui touchent particulièrement la génération Z. En France, la Marseillaise Laura Vazquez, fondatrice de la revue Muscle, utilise également les outils numériques, notamment YouTube, pour produire et montrer une poésie ancrée dans la modernité.

Mais les artistes de l'ère Twitter et Facebook ne font pas qu'utiliser les réseaux sociaux pour diffuser leurs messages. Il·elle·s font aussi parfois du digital un sujet en soi et y puisent directement de quoi nourrir leur art. Dans ce domaine, le plus grand pionnier est sans aucun doute l'Américain Kenneth Goldsmith. Le poète part du principe qu'il n'est pas nécessaire de produire de nouveaux textes, car il y en a déjà trop en ligne. Il revendique l'usage du détournement et de la récupération pour créer (faisant ainsi écho à la démarche conceptuelle de Marcel Duchamp, l'inventeur du ready-made), et affirme même n'avoir jamais écrit une seule ligne. Sa dernière publication, 1 the Road, est un ouvrage entièrement réalisé par une intelligence artificielle. La Texane Bunny Rodgers, dans son prolongement, est l'auteure d'une poésie dite « post-internet ». Son œuvre, exposée à la Fondation Louis Vuitton, est composée d'un ensemble de collages de ses différents « moi », aussi bien réels que virtuels, mêlant poèmes, sculptures, photographies, vidéos, installations, films d'animation ou encore modélisation 3D. La poésie n'a pas dit son dernier mot.

Bienvenue sur Printemps.com, votre pays de connexion est : France et votre langue est : Français.