Livraison offerte dès 200 euros d'achat    Livraison offerte dès 200 euros d'achat   Livraison offerte dès 200 euros d'achat
Livraison offerte dès 200 euros d'achat    Livraison offerte dès 200 euros d'achat   Livraison offerte dès 200 euros d'achat
Livraison offerte dès 200 euros d'achat    Livraison offerte dès 200 euros d'achat   Livraison offerte dès 200 euros d'achat
Livraison offerte dès 200 euros d'achat    Livraison offerte dès 200 euros d'achat   Livraison offerte dès 200 euros d'achat
Mettre à jour votre pays/région de livraison et devise par défaut Update your delivery country/region and default currency

Définissez le pays/régions dans lequel vous souhaitez faire livrer vos achats

Set the country/region where you wish your order shipped to

Définissez la langue dans laquelle vous souhaitez naviguer sur le site

Set the language that you wish to use on this site

Récupérez votre mot de passe

Vous allez recevoir un e-mail comportant
un lien pour rénitialiser votre mot de passe.

Saisissez une adresse éléectronique correcte (nom@mail.com, par exemple).
Saisissez une adresse électronique correcte (nom@gmail.com, par exemple).
Surveillez votre boîte de réception

Un e-mail vient de vous être envoyé !

Vous n'avez pas reçu l'e-mail ?

  • 1. Vérifiez dans vos courriers indésirables
  • 2. Vérifiez vos informations
  • 3. Êtes-vous sûre d'avoir créé un compte ? Créez votre compte
Printemps.com
se refait une beauté
About Hot Culture Style Socio Arts Printemps loves
magazine  /  hot culture

Le « No Bra » redouble d'ampleur

No bra blouse Fête Impériale

La tendance n'est pas nouvelle, l'injonction, davantage. Les femmes se libèrent de la nécessité quotidienne de porter un soutien-gorge depuis quelques années et le mouvement redouble d'ampleur depuis la fin du confinement. Du célèbre « Free the Nipple » au « No Bra », un vent de liberté souffle sous les tee-shirts.

À chaque époque ses injonctions... et ses libérations. En 1889, une révolution débute sous les robes des femmes. Le soutien-gorge est né, inventé par la Parisienne Herminie Cadolle, et se retrouve rapidement surnommé « Bien-être », car il libère enfin des corsets qui oppressaient la poitrine. Mais au fil des décennies, cet accessoire synonyme de libération du corps s'est peu à peu converti en nouvelle forme potentielle de domination, imposée par des diktats de beauté guidés par une quête de perfection, voire d'hypersexualisation.

En 2012, le mouvement « Free the Nipple », popularisé par le film éponyme de Lina Esco, est l'un des premiers à dénoncer cette injonction sociale et culturelle, en invitant les femmes à se promener sans soutien-gorge en public. L'écho est immédiat, et très vite, le monde entier relaie ce nouveau mantra : « Libérez les tétons. » De Soko à Cara Delevingne en passant par Lena Dunham, créatrice de la série générationnelle Girls, le hashtag est repris sur les réseaux sociaux et jouit toujours d'une belle popularité sur Instagram, où l'on se bat encore pour que les tétons pointent sans risquer d'être pointés du doigt.

Récemment, le confinement a plus que jamais remis au goût du jour la tendance du « No Bra ». Selon une étude IFOP réalisée en avril 2020, 8 % des femmes confinées ne portaient plus de soutien-gorge, enfin libérées du regard extérieur. Un mouvement qui semble particulièrement prégnant chez les jeunes adultes, puisqu'une autre étude démontre qu'une femme de 18 à 24 ans sur cinq ne porte plus de soutien-gorge depuis le confinement. Il semblerait ainsi que la mode du « No Bra » soit amenée à séduire de plus en plus de personnes.

En 2020, la tendance ne semble donc plus au « no », ni au « free », mais bien au libre choix. Le choix de porter ou non de la lingerie peut ainsi s'exprimer aujourd'hui librement pour chaque individu.

Bienvenue sur Printemps.com, votre pays de connexion est : Autriche et votre langue est : Français.